Duchesneau et Legault baissent la garde

juin 18, 2012
- Publié par :TVA
Première publication 8 août 2012 à 11h34
Par Pierre-Olivier Zappa | TVA Nouvelles

Le candidat vedette de la Coalition avenir Québec (CAQ), Jacques Duchesneau, baisse la garde dans le bras de fer qui l’oppose au procureur en chef de la commission Charbonneau, Me Sylvain Lussier, depuis quelques jours.«J’ai un excellent rapport avec la Commission. C’est un outil que j’ai réclamé et dont on a besoin», a déclaré l’ancien patron de l’Unité anticollusion à l’émission Le vrai négociateur. Il ravale en quelque sorte les commentaires incisifs qu’il avait formulés mardi.

 

«On m’a interrogé et contre-interrogé pendant cinq jours et je n’ai jamais été capable de passer mes messages», avait-il déploré en entrevue au Journal de Québec.

M. Duchesneau maintient toutefois ses critiques à l’égard de l’avocat du gouvernement du Québec, qu’il accuse d’avoir sciemment évité les questions d’intérêt public en multipliant les interventions inutiles. «Pourquoi les avocats ne m’ont-ils pas posé la question lorsque j’étais devant la commission Charbonneau?», s’interroge-t-il, visiblement mal à l’aise devant le tollé médiatique que soulèvent ses propos.

Le candidat caquiste a également confié à Claude Poirier qu’il songeait ardemment à demander le statut de participant à la Commission avant de faire le saut en politique active.

«C’était une chose que j’avais considérée. J’étais parti en vacances avec cela en tête», a signalé celui qui souhaite maintenant que son rapport ne soit pas mal interprété.

Crédibilité entachée selon Marc Bellemare

Sylvain Lussier, procureur en chef de la Commission, a sauté dans la mêlée mardi en réfutant les critiques de M. Duchesneau. Il a laissé savoir que toutes les questions pertinentes avaient été posées lors de l’interrogatoire.

 

Me Lussier a également insinué que certains pans de l’enquête menée par M. Duchesneau manquaient de détails et de précisions.

Pour Marc Bellemare, ancien ministre de la Justice du Québec, la sortie du procureur en chef est condamnable. «Cela vient d’entacher sa crédibilité de façon irrémédiable. Je me demande ce qu’il peut bien faire dans cette Commission à partir de maintenant, parce qu’il sera toujours associé aux libéraux», a-t-il affirmé à Claude Poirier sur les ondes de LCN.

L’avocat de Québec estime que le procureur en chef de la Commission doit se placer au-dessus de tout soupçon. «Il doit se garder de faire quelque commentaire que ce soit», a-t-il indiqué.

François Legault précise sa position

François Legault a également tenu à clarifier les propos qu’il avait tenus par rapport aux travaux de la Commission. «Il faut distinguer le procureur en chef des commissaires. Je ne remets pas en doute la crédibilité des commissaires de la comm. Charbonneau», a-t-il lancé sur Twitter mercredi matin, ajoutant néanmoins que «plusieurs avocats sont d’accord avec moi pour dire que le procureur en chef de la Commission Charbonneau a manqué à son devoir de réserve».

Le chef de la CAQ était furieux mardi à l’endroit de Me Lussier, allant jusqu’à mettre en doute son indépendance. «Pourquoi M. Lussier n’a pas posé les questions? Est-ce qu’il avait quelque chose à cacher? Est-ce qu’il protégeait le gouvernement?», avait-il questionné, contribuant ainsi à alimenter la controverse.